Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndication

Recherche

Terrains Fréquentés

 

Cliquer sur l'image


Mon Aéroclub

20 août 2005 6 20 /08 /août /2005 00:00
Seconde nav en double aujourd'hui.
Mon avion habituel est en panne: moteur sévèrement endommagé par la perte d'un segment et un pb de
piston. Nous prendrons donc un DR400/140B.
Je n'ai piloté cet avion qu'une seule fois jusqu'à maintenant. Et il y a fort
à parier que je fasse à présent tous mes vols sur cet avion.

Le vol prévu est un Dinard/Rennes/Dinan/Dinard mais un autre élève est là et mon
instructeur me demande si ça me dit de faire une 1/2 nav:
Je fais la partie Dinard/Rennes et il fait Rennes/Laval/Dinard.
Pas de pb pour moi.
On fait le plein de l'avion pendant que l'autre élève pilote prépare sa branche
de la nav, non prévue initalement.
Briefing au cours duquel j'ai préparé une pléthore de questions existentielles à
poser à mon FI: comment se passent les changements de fréquence d'une zone à une autre,
les itinéraires dans la TMA, les VOR à utiliser, etc..

Une fois la nav préparée, je m'installe aux commandes.
Ca commence mal: j'oublie le code transpondeur que m'affecte la tour. J'hésite à demander à répeter.
Je finis par collationner le bon message et je roule pour le point d'arrêt.
Je n'ai jamais volé avec tant de vent! Heureusement il est dans
l'axe au départ.
Début de la nav sur le point Echo de la CTR. Je suis mon cap estimé et je règle le VOR
de Dinard pour m'amener sur le point NW de la CTR de Rennes.
La visi est très largement supérieure à 20Km (il doit bien y avoir 50Km).
J'oublie presque de noter le top en passant Echo (et mon FI ne me le rappelle pas...).
Avec près de 25Kt de vent arrière les repères arrivent vite.
Je note mon heure de passage à mon premier point tournant, qui est en fait un simple point sur le trait.
Malheureusement j'oublierai de noter mon heure de passage au prochain point (et mon FI ne me le rappellera pas, je m'en
rendrais compte 3 min après le passage du dit point).
Je gère les changements de fréquence sans problème et j'arrive sur le point SW.
J'ai noté l'itinéraire d'intégration dans mon log de nav. Je prends donc le cap pour le point N quand
l'approche me transfère avec la tour de Rennes.
Je m'annonce verticale N et je commence ma descente pour m'intégrer en début de vent arrière 28 main droite.
J'ai encore commis l'erreur de mal maintenir mon pallier en vent arrière et j'ai perdu plus de 100 ft...pas bien.
Je vire en finale et là la tour autorise un avion dans la base main gauche 28 en lui disant qu'il est N°1!
Je réagis, j'annonce une première fois que je suis en finale. Rien...
Mon FI annonce à son tour qu'on est en finale et là le contrôleur corrige son erreur.
J'ai un peu angoissé à l'idée d'avoir un avion potentiellement en face de moi avec lequel je n'avais pas le visuel.
La tour nous autorise enfin à nous poser.
Je suis en très courte finale avec un vent plein travers de 20Kt avec rafales à 24kt. Ca va être sportif!
Je commence à arrondir, manche plein à droite, pied à fond à gauche, mais j'ai dû mal contrôler. J'ai pourtant
eu l'impression de forcer sur les commandes j'ai touché un peu dur. C'est un de mes plus mauvais atterrisages...

Je roule jusqu'au parking et nous changeons rapidement de pilote avant de repartir vers Laval.
Je passe à l'arrière et je trace rapidement la nav de retour afin de pouvoir suivre sur la carte.
L'élève en place gauche révise pour son test PPL qui aura lieu la semaine prochaine.
Là j'ai été surpris, et pas dans le bon sens, par le laxisme dont a fait preuve mon FI.
Il n'a pas dit mot sur une tenue d'altitude très moyenne et pas conforme avec celle demandée lors de la clairance
de départ. Il n'a pas non plus dit un mot quand son élève à largement emplafonné la VFE (de plus de 30Km/h).
Sauf que moi j'ai réagit, peut-être un peu violemment car j'étais inquiet et je pensais que ça pouvait être dangereux.

Je n'ai pas non plus aimé qu'à tout bout de champ mon FI commence ses phrases par "le jour du test il faudra faire", ou
"le jour du test vous n'irez pas là alors c'est pas la peine d'y aller".
Pour la seconde fois je lui ai répondu que je n'apprends pas à voler pour passer un test mais pour SAVOIR voler.
Pour moi la nuance est de taille et j'ai un peu trop l'impression d'avoir parfois "un prof de bachotage".
Je suis aussi plus rigoureux avec moi en vol qu'il ne l'est. Mais c'est dans ma nature d'être "un brin" perfectionniste.

Pour ne pas terminer sur une note négative, j'ai eu aujourd'hui des réponses à mes questions sur la
navigation dans des zones un peu complexes et effectivement ça s'est très bien passé.

Vivement la prochaine nav.

Partager cet article

Repost 0
Published by pilotaillon
commenter cet article

commentaires