Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndication

Recherche

Terrains Fréquentés

 

Cliquer sur l'image


Mon Aéroclub

27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 21:18
Cette fois je touche au but. Mon "rêve de trentenaire" est presque réalisé.
Après une matinée bien bâchée, les stratus ont laissé la place aux cumulus et aux avions.

J'avais rendez-vous au club pour ma grande nav solo : Dinard / Laval / Angers / Rennes / Dinard, soit environ 190Nm.

J'arrive au club bien en avance, c'est l'affluence des beaux-jours!
Une fois l'avion de retour, et le plein fait. Je prends la dernière météo.
Briefing avec mon FI, et je m'installe à bord.

J'allume mon GPS bluetooth, je lance pocket FMS et je range mon PDA derrière.
C'est juste pour garder un souvenir, pour l'instant. Quoique à postériori y'a des erreurs
qu'on aimerait ne pas voir si bien sur la trace GPS :-)

Trace de ma nav.
Le trait horizontal à Angers est certainement une perte de Fix du GPS quand je suis entré dans le bâtiment.
Pour voir ce tracé sous google earth, cliquer ici avec le bouton droit puis "sauvegarder sous", puis double-cliquer sur le fichier téléchargé.

Check et re-check.
Me voilà parti. Décollage en 30, virage à gauche et sortie par Echo.
Comme d'hab le premier quart d'heure est un mélange de joie et d'appréhension.
Une fois le premier point tournant passé, je suis pile sur mon trait, et là...
Je jouis du privilège qui m'est offert : à ma gauche j'ai Fougères et un peu plus loin le Mont Saint-Michel. A ma droite, le paysage se perd un peu dans la brume mais j'ai au moins 20km de visi.
Pas loin au-dessus j'ai des cumulus joueurs qui me secouent un peu.

Je descends un peu, j'aime regarder défiler les nuages.
Rennes Info m'accompagne.
J'entends soudain une toute jeune voix, un peu hésitante s'annonçant en provenance d'Angers, à destination de Rennes.
Je pense à une élève pilote. J'apprendrai une fois à Angers qu'il s'agit d'une élève PPL de 17 ans en vol avec son testeur.

Le vol se passe sans encombre jusqu'à l'arrivée à Laval.
Le largueur s'apprète à larguer ses paras, y'a un avion en finale sur le mauvais QFU, et du treuillage de planeurs. Et l'AFIS n'est pas là.
Bon...alors...chacun fait bien son auto-info, heureusement.
J'évite un peu la verticale et ne souhaitant pas gêner le largueur de para qui ne me voit pas car il est au-dessus de la couche, je m'intègre en 33 bien que la manche à air m'indique un bon vent arrière.
L'avion en finale me prévient que je vais avoir du vent arrière, j'acquiesse mais ne sachant pas s'il fait un complet je ne préfère pas arriver en face de lui. Et la piste est longue alors...

Vent arrière, ne pas trop descendre. J'arrive en finale pas trop mal. Mais un peu rapide.
Bref pas vraiment l'idéal, quand en plus le vent vous pousse par derrière.
Je passe le seuil décalé. J'arrondis, j'arrondis encore, je cabre, je cabre encore. Heu, quand il veut il se pose. Ah, enfin! Je rentre un cran de volets, reviens sur l'axe, et remets les gaz.
Je dois mettre du pied à droite pour rester sur la piste et quand je décole je suis bien sur la moitié gauche.
Je m'annonce poursuivant en éloignement au cap 300 pour éviter les paras que je vois arriver à ma gauche.
Je grimpe aussi haut que possible, 2000ft, et prends mon cap 150 corrigé de 10° à droite.
Mon FI m'avait bien dit de ne pas croire la Wintem...
Je passe Château Gontier, la visi est magnifique et les cumulus aspirateurs.

Je règle mon flanquement VOR et...pas de VOR d'Angers.
Bizarre.. Bon tant pis, il doit être HS. Pourtant y'a pas de Notam.
Enfin je sais où je suis et j'ai 2 GPS à bord en cas de soucis.
Je laisse donc le VOR à son triste sort.

Un moment passe et je crois apercevoir le terrain. Non, c'est pas possible, pas déjà?
Me serai-je planté dans mes estimées?
Et la rivière que je n'ai pas vue?
Hum...pris d'un doute je cède à la facilité: je jette un oeil au GPS de l'avion qui me dit que j'ai encore plus de 10Nm et...que je suis bien à droite de mon trait!
Bon...je reviens sur le trait et...voilà ma rivière, et ce que je prenais pour le terrain n'est qu'un alignement de hangars.

Je suis rassuré de ne pas avoir pénétré la R28 sans contact radio.
Je passe avec Angers Info et quelques minutes plus tard j'aperçois le terrain dans mes 10h.
Effectivement je suis bien à l'Ouest.

Je m'annonce en vue et l'AFIS m'indique qu'un Stampe est en tour de piste sur la 26 et que
j'assure ma propre sécurité.
J'ouvre grand les yeux, commence à descendre, et j'aperçois le Stampe en vent arrière.
J'espère que les riverains de Marcé ne m'en voudront pas d'avoir survolé une zone à éviter "dans la mesure du possible". Mais là, j'ai préféré regarder dehors que sur ma carte VAC.

Je me pose sans encombre, pas un kiss, mais pas un boum. J'aurais peut-être pu décraber un peu plus cependant je pense.

Quasiment une petite heure passe entre le paiement de la taxe au près de la charmante préposée dans l'aérogare déserte et une discussion fort sympathique avec le tenancier du restaurant de l'aérodrome, à siroter un diabolo banane.
Va falloir y faire un rascol déjeuner-visite-du musée là-bas un de ces jours!
En tout cas je pense y revenir cet été (amis du club, y'a des places libres dans l'avion!).

Je décolle parmi les avions sympathiques qui tournent dans le secteur, un autre qui arrive de Rennes, un autre de ChâteauBriand, et les planeurs qui volent dans le secteur Sud.
Cap au 300.

Bon va falloir voir pourquoi ce VOR ne fonctionne pas...
J'essaie celui de Rennes, rien.
Ah, bon alors ça doit être l'antenne alors?
Mais...est-il sous tension ce VOR.
Là j'ai honte de l'écrire mais...sur ce VOR-là, tous les boutons sont sur le VOR.
Et je ne l'avais pas mis en marche.
A ma décharge je n'ai pas volé sur cet avion depuis longtemps et même si c'est
un DR400/160 comme celui d'il y a 2 semaines, comme il n'y en a pas 2 agencés pareil...

Le VOR d'Angers est bien actif et me confirme le passage de mon second point tournant.
Mais bon, la route se dessine devant moi. Les villes brillent sous le soleil, même s'il y a un peu de brume.

J'en profite pour profiter pleinement de ma position, là juste sous les nuages, presque accrochés à eux, dans cet avion qui ronronne, le doigt sur la carte, je suis heureux.

Je contourne un peu la forêt de la Guerche de Bretagne, histoire de pouvoir me vacher dans un champ en cas de pépin. Je sais bien que le moteur n'a pas plus de chance de tomber en panne ici qu'ailleurs, mais...je prépare ma reconversion future et inévitable à l'ULM (à moins que je gagne au loto d'ici là mais pour tout dire je compte peu sur cette éventualité...).

Rennes approche me transfère à Rennes Tour alors que je m'annonce sur Sierra Echo.
Je dois rappeler en vue. Mais je suis déjà en vue depuis quelques minutes.
La jeune femme à la tour m'invite à intégrer la longue finale 28.
Un avion transite verticale terrain en provenance de St Cyr pour Pontivy. Tout cela me rappelle
des rascols qui ne sont pas pour rien dans le fait que je sois ici aujourd'hui, aux commandes d'un avion...

Je déroule ma check approche. Peaufine ma finale et me fait secouer en courte.
J'arrondis, décrabe mais un peu trop tôt. Je ne tiens pas le décrabage, chose que je corrige aussitôt et je finis pas poser la roue au vent en premier. Pas mal récupéré mais peut mieux faire.

Je remets les gaz direction Dinard avec un passage par la maison.
J'ai rapidement l'antenne de Saint Pern en vue. Pas très didactique pour la Nav.
Certainement une des raisons qui fait que j'ai un peu de mal à tenir sur un trait simplement au cap et à la montre.
Petit virage au-dessus de chez Cathy. Je ne vois pas grand chose à 2000ft mais j'ai pas prévu de descendre aujourd'hui. Virage à 45° à droite pour admirer la vue magnifique sur l'immense couvent du village. Ca va, aujourd'hui y'a pas de client du bar garé devant chez moi :-)

Je mets le cap au 340, joue un peu avec le VOR pour faire une directe sur le terrain, chose bien inutile car il y a largement plus de 50Km de visibilité!
C'est magnifique. J'ai presque envie de réduire et de rentrer en vol lent...
A ma gauche Bréhat tout à l'horizon.
Puis la baie de Saint-Brieuc, le Cap Fréhel que je pourrais toucher du bout de l'aile, la baie de la Rance, la pointe du Groin, Cancale et toute la baie du Mont Saint-Michel à l'horizon à droite.
Quand je pense que ma femme ne veut même pas monter en avion pour voir ça!

Travers Dinan je prends contact avec Dinard tour.
Pour une fois je n'omets pas de signaler que j'ai l'info Kilo.
Dinard me propose une longue finale 35. Je signale que je ferai une verticale Echo avant d'intégrer le circuit.
C'est une habitude chez moi. Au prix de l'heure de vol, autant rentrer en cheminant sur la Rance, c'est tellement beau...

Je suis autorisé à intégrer en base droite pour la 35 alors qu'un ULM doit se reporter en base droite pour la 35 herbe. Il est quelque part sous moi, dans mon secteur, mais je ne l'ai jamais vu.
Ses reports de position de résument à "je suis en vue du terrain" et dans le meilleurs des cas "à X Nm d'Echo". Tu parles , le terrain on le voit à 50Km!
Le contrôleur garde son calme mais sa voix trahit son agacement.

Me voilà donc en finale 35, vent dans l'axe, tranquille pépère je rentre à la maison.
Grave erreur!
Parce que j'ai quand même réussi à rebondir!
Oh tout en douceur, mais j'ai été surpris de le revoir prendre l'air après le touché.
Je pense que j'en connais la cause : je n'ai pas dû assez arrondir. Il me semble que je n'arrivais
pas trop vite en courte finale pourtant.

Bref je suis très content de cette nav, mais beaucoup moins de mes atterrissages.
On va travailler ça lors des scéances de double qu'il me reste avant de passer le PPL.

Vivement mon prochain vol!

Partager cet article

Repost 0
Published by pilotaillon - dans best of
commenter cet article

commentaires

Thomas (Snorky) 28/05/2006 10:34

Salut Patrice !Superbe récit que celui-ci d'une grande nav qui devait être un moment intense ! Toujours pas de passage à Brest ? Je t'attends pour le diabolo banane ;-))))Merci pour ce récit !Thomas